Du sang sur les murs

Du sang sur les murs

Du sang coule sur les murs
Et les nuits sentent la mort
As-tu senti la fêlure
Dans la brume des corps
Où es-tu toi l’enfant
Dont on attend le message?
Dans combien de temps
Verrons-nous ton visage?
Vois les jours se dessinent
Cela était écrit
L’enfant donne des signes
Mais ils meurent dans nos nuits
La femme la princesse
S’enfuit du château
Les dieux les déesses
L’ont jetée à l’eau
Plus personne en qui croire
La Dévoreuse des mondes
N’accorde aucun espoir
Son sourire est immonde

Je te cherche toi la pure
Qui refuse le sort
Cicatrise la brûlure
Qui entaille mon corps
Ecoute mon enfant
La voix des Anges
Elle n’est plus que vent
Dans ce monde étrange
Mène moi vers les cîmes
Qui accueillent la vie
Serions-nous tous dignes
De connaître l’infini
Quel Dieu perçoit la détresse
Qui monte des flots
Dans mes sphères terrestres
Rien ne vient plus de là-haut